Position du Groupe Loup Suisse GLS

  1. En Suisse comme en Europe, le loup fait partie des espèces protégées (Loi sur la chasse LChP, 20 juin 1986; Convention de Berne, 1er juin 1982, annexe II). Le GLS est opposé à la levée de cette protection.
  2. Le GLS salue le retour naturel du loup en Suisse, mais est catégoriquement opposé à la repopulation active par le lâcher d'animaux.
  3. Le GLS offre des informations de fond sur le comportement, la présence et l'écologie du loup en Suisse. Ces informations sont accessibles autant à nos membres qu'au grand public.
  4. Le GLS collabore étroitement avec des spécialistes et avec les médias. Cela permet de transmettre à nos membres des connaissances scientifiquement fondées.
  5. Le GLS soutient les mesures de protection des animaux d'élevage, notamment l'engagement de chiens de protection et de bergers.
  6. Le GLS est opposé à la garde de loups, d'hybrides de loups, de loups croisés ou d'animaux issus de croisements entre chiens et loups en tant qu'animaux domestiques. La garde de loups dans des parcs zoologiques et animaliers est acceptable dans des conditions strictement définies si elle sert à présenter le comportement du loup.

Les statuts du GLS

Téléchargez nos statuts en français.


Origine du GLS

En novembre 1996, onze personnes partageant un intérét pour les loups se sont rendus à Battle Ground (USA), dans le parc à loups d'Erich Klinghammer, pour y participer à un s'minaire consacré à cette espèce.

Avec des observations de tout près du comportement social des loups, de leurs tentatives d'attaques de bisons, etc., le s'minaire a contribué à une meilleure compréhension de cet animal très intéressant.

Erich Klinghammer a ensuite inspiré aux participants l'idée qu'il serait temps, en Suisse aussi, de fonder une association pour promouvoir la compréhension du loup (ce thème étant de plus en plus d'actualité dans notre pays également). Cette idée n'a plus quitté certains des participants qui, déjà dans l'ascenseur de l'hôtel, ont commencé à spéculer sur la manière de la mettre en &oeligvre.

De retour en Suisse, ils se sont immédiatement lancés dans la recherche d'informations, pour savoir qui était ici responsable pour les questions de la faune et des loups transalpins que l'on s'attendait à voir arriver d'Italie. Sur ces sujets, le nom de Jean-Marc Landry (collaborateur scientifique du KORA pour le projet de chiens de protection des troupeaux) revenait sans cesse. Invité pour une discussion, ce dernier s'est montré enthousiaste à l'idée de créer une association.

La première rencontre des personnes intéressées a eu lieu à Zurich, avec la présentation d'un film sur les loups en Espagne. Le Groupe Loup Suisse GLS a ensuite été fondé le 6 avril 1997 à Berne.

Le nom ''Groupe Loup Suisse'' était une proposition de Jean-Marc Landry, par analogie avec les groupements créés dans les pays voisins (Gruppo Lupo Italia et Groupe Loup France)

Vous en apprendrez davantage sur le sens et les objectifs de notre groupe dans la position du GLS.
Wolfsnews
Pressemitteilungen